Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Association Amitié Voiron-Herford
  • Association Amitié Voiron-Herford
  • : Toutes les infos sur l'Association Amitié Voiron-Herford et le Club Franco-Allemand de Voiron. Téléphone : Cathy Gau 06 76 31 61 28
  • Contact

Recherche

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 07:36

Konrad Lorenz (1903 Wien-1989 Wien), Biologe, Zoologe, Tier-Verhaltensforscher, Nobelpreis 1973

"Er redete mit dem Vieh, den Vögeln und den Fischen"

Allein aufgezogene Vögel, die nie ihresgleichen erblickt haben, "wissen" in den meisten Fällen gar nicht, zu welcher Art sie gehören, das heisst, ihr Geselligkeitstrieb und ihre geschlechtliche Liebe richten sich auf jene Lebewesen, mit denen sie zu gewissen, prägsamen Phasen ihrer Jugendentwicklung zusammengewesen sind....

Ein geradezu tragikomischer Fall … betraf einen weissen Pfauenhahn des Schönbrunner Tiergartens. Als letzten Überlebenden einer früh geschlüpften und von schlechtem Wetter vernichteten Pfauenbrut, brachte man ihn in den wärmsten Raum, der damals, in der Zeit nach dem Ersten Weltkriege, zur Verfügung stand, nämlich zu den – Riesenschildkröten. Dieser unglückliche Vogel balzte späterhin sein ganzes Leben hindurch nur vor Riesenschildkröten und blieb blind und taub für die Reize der schönsten Pfauenhennen!

Konrad Lorenz (1903 Vienne -1989 Vienne), biologiste, zoologiste, chercheur en comportement des animaux, prix Nobel 1973

"Il parlait avec les bêtes, les oiseaux et les poissons"

Des oiseaux élevés seuls, sans jamais avoir aperçu leurs semblables, ne "savent" pas, dans la plupart des cas, à quelle espèce ils appartiennent, ce qui veut dire que leur instinct de sociabilité et leur amour sexué s'adressent à ceux des êtres avec qui ils étaient ensemble lors de certaines phases prégnantes de leur développement juvénil.

Un cas carrément tragicomique concernait un paon blanc mâle du zoo de Schönbrunn. Comme dernier survivant d'une couvée de paons éclose trop tôt et anéantie par du mauvais temps, on l'amena dans la pièce la plus chaude qui était disponible alors, à la période après la Première Guerre Mondiale, c'est à dire chez - les tortues géantes. Cet oiseau malheureux paradait ensuite durant toute sa vie uniquement au-devant de tortues géantes et restait aveugle et sourd aux charmes des plus belles paonnes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires